Mieux comprendre les allergies

Les allergies respiratoires saisonnières touchent aujourd’hui 30% des Français : elles sont en constante augmentation. On en distingue deux formes : l’asthme allergique et la rhinite allergique. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’en 2050, 50 % de la population pourrait être affectée par au moins une maladie allergique.

Pourquoi une telle explosion ?

Une des explications est que la durée des périodes polliniques et la quantité de pollen augmentent à cause du changement climatique. Par ailleurs, la pollution de l’air, par l’inflammation qu’elle provoque, offre un terrain favorable aux allergies.
L’explosion des allergies est renforcée par la conjonction d’agresseurs chimiques que l’activité humaine rejette dans l’atmosphère et si la qualité de l’air extérieur est déjà archi-polluée, on constate qu’elle est encore bien plus polluée à l’intérieur de nos logements.

Qu’est ce que c’est ?

C’est une réaction inappropriée ou exagérée du système immunitaire à des substances qui ne causent habituellement aucune réaction chez la plupart des sujets.
Les maladies allergiques s’observent notamment en réponse à des antigènes présents dans l’environnement appelés allergènes. L’organisme considère alors une substance inoffensive comme dangereuse.
Il existe différents types d’allergies :
Les allergies alimentaire (œuf, poissons, crustacés, arachide…), respiratoire, médicamenteuse, aux acariens, aux hyménoptères, aux piqûres d’insecte, aux produits chimiques, au latex (ballon de baudruche, gants en caoutchouc, matériel médical)…

Quels sont les signes ?

« Est-ce que ça vous chatouille ou est-ce que ça vous gratouille ? ». Vous connaissez sans doute cette réplique célèbre du Dr Knock.
Avec l’arrivée massive des pollens, vous risquez vous aussi de voir apparaître les symptômes les plus courants des allergies respiratoires :

  • Eternuements, écoulement ou obstruction nasale, démangeaisons nasales et pharyngées
  • Rougeur des yeux et conjonctivites ou démangeaisons oculaires, larmoiements permanents
  • Trachéite, asthme…

Protégez-vous des pollens (mais ne restez pas enfermés pendant 6 mois !)

Vous pouvez en parler bien sûr à votre thérapeute, moins pour traiter la crise elle-même que ses complications ; mais surtout pour traiter le terrain, seule manière de prévenir l’apparition des crises.
Mais laissez-moi aussi vous donner quelques remèdes naturels.
La première chose, c’est d’éviter de s’exposer à la cause même de ces allergies. Il n’existe malheureusement pas de véritable moyen d’échapper aux pollens. Cependant, voici quelques conseils pour réduire les occasions de contact avec l’allergène :

  • Même si c’est dommage car le grand air fait toujours beaucoup de bien, éviter les sorties à la campagne durant cette période (ni camping, ni pique-nique… !) et prendre ses vacances plutôt à la mer, où les concentrations de pollens sont moindres ;
  • Circuler en voiture vitres fermées (à noter que certaines marques automobiles commercialisent des modèles dont la climatisation est dotée d’un filtre antipollen) ;
  • Laver les yeux à l’eau fraîche ou avec une solution oculaire adoucissante pour enlever les particules allergisantes ;    Ne frottez pas vos yeux et ayez toujours des mouchoirs propres avec vous
  • Appliquer à l’intérieur des narines une pommade grasse (Homéo-plasmine®, pommade Homéodose® ou pommade au Calendula®) : les pollens resteront en surface et ne pénétreront pas dans les voies respiratoires.

Si l’allergène est connu, il existe des médicaments spécifiques : prendre 2 fois par jour 3 granules de pollen de bouleau, de tilleul, de noisetier en 9 CH. L’aromathérapie et la gemmothérapie à votre secours

Vous pouvez également consulter Ostéopathe, Naturopathe, Homéopathe, et Acupuncteur pour modifier votre terrain « allergique » et diminuer votre sensibilité aux allergènes.